En empathie transférentielle avec C. G. Jung

L’intuition vécue comme l’apport fondamental de Jung

par Nathalie Pilard  Du même auteur

Résumé

L’intuition est d’abord envisagée historiquement sous la forme de l’empathie transférentielle dans la pratique analytique depuis les premières explorations de l’inconscient – ainsi nommé depuis le milieu du XIXe siècle – et du « rapport », jusqu’aux pratiques transférentielles freudiennes et jungiennes. L’empathie jungienne est contextualisée dans une tradition qu’on pourrait nommer puységurienne et opposer à la tradition mesmérienne. Puis l’œuvre posthume jungienne (ses Ma vie. Souvenirs, rêves et pensées et son Livre Rouge) apporte à l’intuition sa dimension mythique, son ouverture à l’inconscient collectif par le mythe que Jung dit « vécu ». Il ne s’agit plus seulement d’Anschauung, qui veut dire « intuition », mais de Mythosanschauung, d’un vécu présent, tangible, du mythe.

Plan de l’article