Le dévoilement du corps et le monde antérieur chez Jung et Pauli

Ou les voies d’une alchimie moderne

par Bruno Traversi  Du même auteur

Résumé

La question du corps chez Carl Gustav Jung s’enracine dans sa théorie d’un « monde antérieur », dans lequel la sphère physique et la sphère psychique ne sont pas encore distinctes, et qui est au soubassement de la réalité telle qu’elle se donne à nous ordinairement – théorie qu’il façonne avec Wolfgang Pauli, l’un des pères de la mécanique quantique. Questionner le corps dans une perspective jungienne exige alors de comprendre le développement de ce plan fondamental en notre plan d’existence ordinaire où les sphères physique et psychique sont distinctes et s’opposent. L’accès à ce monde antérieur exige un enfouissement qui permet de mettre au jour des faits d’un nouveau genre pour lesquels les césures entre intériorité et extériorité, entre sujet et objet, ne sont plus valables. En alchimie et dans le yoga, cet enfouissement en soi se double de phénomènes d’extériorisations qui modifient le corps et son environnement. À l’occasion de ces extériorisations se révèle un corps originel capable de refléter et d’explorer les objets de la psyché.

Plan de l’article