Carl Gustav Jung et Friedrich Hölderlin

par Véronique Liard  Du même auteur

Résumé

C. G. Jung considérait que Hölderlin, en tant que poète, lui avait apporté encore plus que Goethe, mais l’intérêt qu’il lui portait était d’ordre essentiellement psychologique. Pour lui, les poèmes hölderliniens retracent comment, quand une conscience n’évolue pas, elle s’enfonce dans sa propre profondeur et se trouve peu à peu submergée par l’inconscient. Dans l’œuvre de Jung, régulièrement, Hölderlin revient à la fois comme une mise en garde et un message d’espoir. Cet avertissement et cet encouragement se fondent sur ce que Jung a lui-même vécu lors de sa confrontation avec l’inconscient.

Plan de l’article