Et la paresse alors ?

par Christiane Fonseca  Du même auteur

Résumé

Après les différentes définitions de la paresse, depuis les jugements les plus sévères qui la voient comme un défaut et même un vice, jusqu’aux conceptions psychologiques qui l’interprètent comme un symptôme, c’est un souvenir de Jung qui révèle toute la complexité de ce symptôme. Il peut en effet évoquer une mollesse corporelle, un manque de volonté, une révolte intérieure et une propension à la rêverie névrotique, qui entraîne une fuite du réel, mais qui favorise aussi une capacité de rêverie, propice à la contemplation et à la création.

Plan de l’article