Sur quelques films vraiment sonores

par Aimé Agnel  Du même auteur

Résumé

Le cinéma crée parfois l’illusion d’un lien naturel entre le son et l’image, sans tenir compte de leur réelle hétérogénéité. Ce sont, en fait, deux langages, deux systèmes de rythmes, deux pouvoirs, se développant selon des durées et dans des espaces distincts. Certains réalisateurs élaborent leurs films à partir du constat de cette différence, voire de cette opposition des sons et des images. Six extraits de films de Bergman, Godard, Oliveira et Straub sont donnés en exemple. Ils témoignent, loin des rêves d’unité et de fusion, d’une autre complexité cinématographique possible, fondée sur une « mise en tension » contradictoire, dialectique, des deux registres sonore et visuel.