Amélie, transfert ou lien

par Christiane Fonseca  Du même auteur

Résumé

Dans les psychothérapies des états limites et certaines thérapies d’enfants, on peut se demander si la relation entre le patient et l’analyste est de l’ordre du transfert ou du lien. Dans le cas d’Amélie, il s’agit plutôt de lien. Cette fillette carencée souffre d’une angoisse dépressive masquée par une organisation déficitaire et des défenses maniaques. Sa relation à la thérapeute, tantôt fuyante, tantôt familière, apparaît finalement adhésive. C’est surtout grâce à un Pierrot qu’elle peut exprimer son sentiment d’abandon et ses pulsions agressives. Mais, malgré ses progrès relationnels, elle a du mal à accéder au symbolique et sa thérapie se termine par une rupture du lien qui est resté difficile à intégrer.



Mots-clés