La matière de l’œuvre : sublimatio

par Mariette Mignet  Du même auteur

Résumé

Le processus de transformation est étudié ici à partir de la création des enluminures de la période du haut Moyen Âge resitué dans son contexte. Cette pratique particulière de l’art, qu’on peut dire alchimique, est utilisée comme métaphore pour parler de la transformation psycho-affective et corporelle dans l’analyse. On peut y observer à l’œuvre, dans la production de l’image, la personnification des complexes au cœur de la psychologie de Jung. Des analyses d’images et quelques reproductions d’enluminures soutiennent le propos.



Mots-clés