De la chose morte à l’être vivant

par Martine Gallard  Du même auteur

Résumé

L’auteur montre comment le mythe de Jung pourrait être la revitalisation de ce qui est mort, et elle s’appuie pour cela sur la vision qu’il eut à propos de la cathédrale de Bâle et les commentaires qu’il en donne. On y perçoit l’importance de la pulsion anale, le passage de l’image à la pensée et l’émergence d’un vécu qui s’apparente au sacré. Cette expérience pourrait expliquer l’importance du phénomène de la transformation dans la réflexion de Jung sur la psyché inconsciente et spécialement son intérêt pour l’alchimie.



Mots-clés