Vers une théorie de l’en-deçà de la représentation

par François Martin-Vallas  Du même auteur

Résumé

Dans cet article, l’auteur tente de dégager les éléments d’une modélisation théorique apte à rendre compte des transformations psychiques nécessaires à l’avènement de la représentation. Il s’appuie pour ce faire sur la notion d’archétype (Jung) et de satisfaction hallucinatoire du désir (Freud), qu’il reprend au regard des travaux de M. Fordham (dé-intégration et ré-intégration du soi primaire) et de J. Laplanche (séduction originaire) et qu’il articule en s’appuyant sur le modèle de la théorie physique du chaos. Il en conclut ainsi que l’archétype, sous l’effet de la séduction originaire, devient un véritable attracteur étrange psychique, permettant au déterminisme du pôle instinctuel de l’archétype de s’ouvrir à la possibilité de la symbolisation, préalable nécessaire à l’avènement de la subjectivité. Il termine son propos par une petite vignette clinique illustrant l’effet d’ouverture à l’inconnu psychique de la séduction originaire dans le transfert.



Mots-clés