La voix de l’analyste comme contenant

par Christine Fouchard  Du même auteur

Résumé

Le travail analytique avec un patient borderline, dont les sentiments et les sensations étaient gelés dans un noyau complexuel, permet de mettre en évidence la fonction de contenance de la voix de l’analyste, au même titre que le partage des images dans la relation transférentielle. Les émotions transmises par le ton de la voix créent, associées à la tonalité plus ou moins chaude des couleurs dans les rêves, un bain d’émotion partagée.



Mots-clés