Réponse à Claude Balier : une approche jungienne de la perversion

par François Martin-Vallas  Du même auteur

Résumé

L’auteur tente de reprendre la thèse de Claude Balier, celle du fantasme du retour à l’un, dans une perspective jungienne. Il reprend les trois caractéristiques des actes pervers : il s’agit d’une décharge énergétique dans un acte, toujours destructeur, et organisé selon un scénario proche des rituels religieux sacrificiels. À partir des théories jungiennes de la libido et de l’archétype, et en se référant aux travaux de Michael Fordham sur le soi primaire, il développe une thèse selon laquelle la visée téléologique du soi peut, dans certains cas, s’inverser en un processus de destructivité pure.



Mots-clés