Attitude symbolique et rêverie : problèmes de symbolisation chez les enfants et les adolescents

par Gustav Bovensiepen  Du même auteur

Résumé

Nous recevons, de nos jours, de nombreux enfants et adolescents qui voient leur fonction de symbolisation entravée parce qu’ils ont subi des traumatismes liés à de graves carences de l’environnement ou à des maladies chroniques. L’auteur avance que l’« attitude symbolique » de l’analyste est un moyen privilégié d’aider de tels patients. Bien que la fonction transcendante soit, d’après Jung, un processus naturel fondé sur une dynamique archétypique, elle n’œuvre pas spontanément. Elle nécessite une matrice fondée sur la relation primaire et susceptible d’être réactualisée au cours du traitement. L’auteur développe le concept jungien d’« attitude symbolique » à la lumière du concept de « rêverie » proposé par Bion, qui permet d’envisager la formation de symboles au sein de la relation transférentielle. Cette approche est étayée par le cas clinique d’un garçon de dix ans atteint d’un mégacôlon congénital. L’auteur montre comment, grâce à la création interactive d’histoires illustrées – qu’il considère comme une variante de l’imagination active –, un espace symbolique a pu se mettre en place au sein de la thérapie et un espace psychique interne a pu se constituer chez le jeune garçon.



Mots-clés