« … triste post coïtum »

par Henri Duplaix  Du même auteur

Résumé

Parfois, thérapeutes des fêlures, voire des fractures de structure de l’évolution biopsychoculturelle, il nous est demandé d’accueillir ou de recueillir d’anciens adolescents « accidentés ». Avant même qu’une élaboration archétypique soit envisageable, un choc physique ou spirituel semble indispensable. Deux cas cliniques : celui d’un homme et celui d’une femme, en rendent compte.



Mots-clés