La crèche perdue

par Camilla Albini Bravo  Du même auteur

      Pier Claudio Devescovi  Du même auteur

Résumé

La description que fait Nadia Neri dans son livre des relations de Jung avec les femmes qui l’entourent, semble moins relever d’une situation de clan totémique ou de polygamie, que de celle d’une crèche, où un enfant divin est l’objet des soins attentifs d’un groupe de nourrices dévouées. La sortie d’une telle constellation psychique, selon nous, advient normalement avec l’unification sur le père réel, des deux figures paternelles présentes dans la crèche : le père tout-puissant du ciel et le père terrestre, démuni et protecteur. Il semble que cette situation restée active chez Jung, soit observable, outre dans la relation à ces femmes, mais aussi dans la relation à son père, puis dans ses difficultés avec Freud et d’autres hommes importants de sa vie.



Mots-clés