Racines de l’identité sexuée et capacité de penser

par Coline Covington  Du même auteur

Résumé

Cet article interroge le lien entre la capacité de penser et une identité sexuée autonome. L’expérience d’avoir été désiré par les parents en tant que fille ou en tant que garçon est constitutive de la certitude « je suis une fille » ou « je suis un garçon ». À travers une vignette clinique, je montre que, lorsque ceci a fait défaut, le développement du moi s’en ressent profondément, de même que la capacité de penser. C’est au travail de l’analyse de recréer un environnement susceptible de permettre l’expression du désir des patients, au-delà du faux-self dont ils s’étaient faits un bouclier, et de permettre ainsi la séparation d’avec le passé. Lorsque le déni de la réalité n’est plus nécessaire, la pensée peut se déployer.



Mots-clés