Ne pas penser en analyse. Fragments

par Monique Salzmann  Du même auteur

Résumé

L’auteur, prenant le contre-pied du thème proposé par ce numéro des Cahiers, exprime sa préférence, pendant la séance, pour l’abstinence intellectuelle dans la relation analytique et dans l’écoute de l’analysant, afin que puisse advenir ce que Roustang appelle la « pensée des sens » et que l’auteur se représente comme étant « quelque chose en moi qui sait ».



Mots-clés